PARTENAIRES | Accueil | Plan du site | Nous joindre
Le réseau des professionnels concernés par la santé et le bien être des enfants, des jeunes et de leurs familles
 

LE RÉSEAU

DÉFINITION

Le Réseau de santé enfant, jeune et famille est un regroupement volontaire d’intervenants et d’organismes dont le travail a des répercussions sur la santé des enfants. Le réseau est financé et coordonné à partir de L’Hôpital de Montréal pour enfants.

Nous faisons nôtre définition de la santé de l’Organisme mondial de la santé :

La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité (OMS, 1946). [1]

VISION

La collaboration en réseau vise à ce que les enfants, les jeunes et les familles de nos communautés réalisent leur plein potentiel de développement et atteignent un état de santé et de bien être optimal.

MISSION

Soutenir les communautés, en partenariat avec les réseaux, dans des actions ayant un impact sur la santé et le bien-être des enfants, des jeunes et de leurs familles. Pour ce faire, le Réseau de santé enfant, jeune et famille vise le partage des expertises, la mobilisation des connaissances etdes représentations stratégiques auprès d’instances décisionnelles.

Promouvoir la concertation et la collaboration :

o        Entre les membres du Réseau

o        Entre les secteurs intéressés à la santé des enfants, les jeunes et leur famille

o        Pour favoriser la représentation collective des membres et des secteurs auprès des instances décisionnelles dans les dossiers relatifs à la santé des enfants, des jeunes et leur famille.

                                                                                                                                      
VALEURS
 
Les enfants (la jeunesse) sont l’avenir ;
L’égalité entre partenaires;
Le respect de la diversité des partenaires et des communautés.
 
MEMBRES
 
L’adhésion au Réseau de santé enfant, jeune et famille est ouverte aux organismes et aux individus qui travaillent auprès des enfants et adolescents sur les territoires du RUIS McGill, de ses corridors de service traditionnels, notamment, les populations autochtones et qui soutiennent la vision, les objectifs et la mission de notre réseau.
 
GROUPE DE RESSOURCES
Le comité de concertation établira un Groupe de ressources pour fournir des compétences, des connaissances et des liens uniques qui seront bénéfiques à la vision, la mission et orientations du réseau. Les membres du Groupe de ressources joueront un rô1e de ressource auprès du comité, de ses groupes de travail et des communautés de pratique, selon les besoins, et auprès de la coordonnatrice du réseau..

Les membres du Groupe de ressources seront recrutés sous la direction du comité de concertation, leurs contributions spécifiques devant être déterminées selon les besoins. Les membres du Groupe de ressources peuvent, s'ils le désirent, assister aux réunions du comité directeur a titre d'observateurs sans droit de vote.
PRISE DE DÉCISION
 
Les décisions se prennent de manière consensuelle.
 
La décision consensuelle désigne une approche de prise de décision privilégiée par les membres du réseau. Le consensus est un accord de compromis qui s’appuie sur une tendance largement majoritaire dans l’opinion et qui reflète un large spectre de nuances. La décision par consensus n’est pas une décision prise à la majorité, mais bien une décision issue d’une discussion entre les participants qui optent pour un compromis.
 
En absence de consensus les membres du réseau pourraient choisir de procéder à un vote à majorité simple. La majorité simple» désigne cinquante pour cent plus un des voix.
 
RÉUNIONS

Le Comité de concertation se rencontrera deux (2) par année et sur une base ad hoc selon les besoins.
 
Une assemblée annuelle des membres sera tenue annuellement.
 
La participation aux réunions est offerte par trois modalités, en salle, par audioconférence et par visioconférence.
 
IMPUTABILITÉ
                                                                                                                                     
Le Réseau est imputable :
 
·        Devant les membres des Partenaires pour les enfants, les jeunes et leur famille, pour la mise en vigueur de nos objectifs et valeurs,
 
·        Devant les bailleurs de fonds.
 
ÂGE DE LA CLIENTELE
 
Bien que l'âge couvert soit généralement considéré comme étant de 0 à 18 ans pour les enfants et les jeunes, le Réseau enfant, jeunes et famille reconnaît que certaines questions et certains services nécessitent une approche souple. Les âges spécifiques qui seront couverts par le Réseau seront donc déterminés sur une base individuelle, projet par projet, en collaboration avec les principaux intéressés.

REPRÉSENTATION DU RÉSEAU
           
Seule une personne désignée par le Comité de concertation peut représenter le Réseau auprès des bailleurs de fonds, des autorités ministérielles et des médias.
 
COMMUNICATIONS
 
Communications avec les membres et bailleurs de fonds

Les communications du Réseau entre les membres se font en Français et/ou en Anglais selon le choix de l’individu. Les communications écrites officielles se font en Français et sont traduites selon la disponibilité des ressources.
 
Les membres et bailleurs de fonds sont tenus formellement au courant des activités du Réseau au moins deux fois par an, par le biais de mécanismes déterminés par le comité de concertation du Réseau de santé enfant, jeune et famille un fois l’an.
 
Promotion et communication
 
Les stratégies de la promotion du Réseau seront approuvées par le Comité de concertation.
 
ANNÉE BUDGÉTAIRE
                                                                                                                                      
L’année budgétaire sera celle du bailleur de fonds, l’HME, soit du 1 avril au 31 mars de l’année suivante.
 
ÉVALUATION
 
Le Réseau et le Comité de concertation doivent aussi être évalués, car ils contribuent tous deux aux connaissances reliées au développement et à l’évolution des réseaux en général, et en ce qui concerne nos propres attentes et objectifs.

 
LE COMITE DE CONCERTATION
 
Le Comité de concertation assure le respect de la mission, de la vision et de l’orientation du Réseau. Il supporte la coordonnatrice pour assurer le lien administratif du Réseau.
 
RÔLES ET FONCTIONS
 
  • Partager l’information et les connaissances sur la santé et le bien-être de l’enfant, la jeunesse et la famille.

  • Favoriser les liens et les partenariats entre les différents secteurs qui influencent la qualité de vie de l’enfant, l’adolescent et la famille.

  • Offrir un forum pour débattre et discuter les politiques et les pratiques qui ont un impact sur la vie de l’enfant, l’adolescent et la famille.

  • Développer une vision commune qui protège la santé et le bien-être de l’enfant, l’adolescent et la famille en lien avec la vision, la mission et les orientations du réseau.

  • Contribuer à des activités de formation et de partage de connaissance sur la santé et le bien-être de l’enfant, l’adolescent et la famille.

  • Surveiller et évaluer les approches systémiques dans les prestations de services auprès des enfants, de la jeunesse et des familles.

  • Assurer que les activités soient en conformité avec les orientations, les cadres de références, les programmes et ententes particulières des instances gouvernementales.

 

LES GROUPES DE TRAVAIL

MANDAT 

Les projets spécifiques doivent être reliés à la mission, la vision et aux orientations du Réseau. Le mandat est de rechercher des solutions en vue de résoudre les problèmes communs ainsi que les questions auxquels sont confrontés les membres par le biais du partage d’expertise et de pratiques exemplaires de manière collaborative et consensuelle. Ces projets seront limités dans le temps et orientés vers la tache, avec des objectifs clairs et des résultats anticipés.
 
CRÉATION
 
Un membre du réseau peut établir un groupe de travail ad hoc chargé de réaliser un projet spécifique d’intérêt commun avec d’autres membres du réseau.
 
Les membres du réseau peuvent se constituer en groupes de travail sur des sujets communs dans le respect de la mission, de la vision et des orientations du réseau. Le comité de concertation peut également suggérer aux membres du réseau de constituer un groupe de travail.
 
COMPOSITION
 
Parmi les membres, on pourrait compter sur un membre du Comité de concertation. D'autres membres importants seront choisis en vue d’améliorer les partenariats et la mise en œuvre efficace des objectifs.  La présidence d’un groupe de travail sera de préférence décidée par ses membres.
 
RÔLES ET RESPONSABILITÉS
 
Les groupes de travail fournissent une participation active reliée à des projets spécifiques. les objectifs des projets de ces groupes de travail reflètent les objectifs et priorités du Réseau, garantissent des partenariats trans‑sectoriels, intègrent les valeurs du Réseau et contribuent à la coordination du système.
 
Le président fait le lien avec la coordonnatrice ou la personne attitrée du Comité de concertation
Une personne assure la coordination des activités du groupe
Une personne rédige le compte rendu.
 
GESTION
 
Le groupe de travail doit élaborer des objectifs, des résultats anticipés, un plan de travail, des échéanciers et une liste des ressources nécessaires. Les attributions des tâches seront élaborées par le Groupe de travail. Les services de soutien (secrétariat, coordination) devraient préférablement relever de la responsabilité du groupe de travail. Les réunions auront lieu en personne, par téléconférence et par vidéoconférence. Les communications entre les membres du groupe de travail pourront se faire par l'intermédiaire d'un site Web sécurisé lorsque possible et par des moyens électroniques. Si une intervention doit se faire au nom du Réseau, la demande devrait être soumise au comité de concertation.
 
CONTRIBUTION
 
Les groupes de travail doivent se doter notamment de ressources propres. Le comité de concertation pourra soutenir le groupe de travail dans sa recherche de ressources.
 
ÉVALUATION
 
L'approche à l’évaluation de l'efficacité du projet sera intégrée aux attributions et au plan de travail.
 
LES COMMUNAUTÉS DE PRATIQUE
 
DÉFINITION
 
La communauté de pratique est un lieu d’échanges d’idées, d’actions et de compréhension des points de vue d’autrui ; en mettant en commun leurs stratégies d’intervention, les intervenants sont amenés à expliciter leurs pratiques quotidiennes et à apprendre de leurs collègues  (Charlier, B., Peraya, D.,2003).  Les membres de ce groupe participent au processus d'apprentissage social émergeant lorsque des personnes ayant un centre d'intérêt commun collaborent mutuellement. Cette collaboration, qui doit se dérouler sur une période de temps notable consiste à partager des idées, trouver des solutions, construire des objets nouveaux... etc (Lave et Wenger , 1991).
 
MANDAT
 
L’objectif de la communauté de pratique est d’augmenter le savoir collectif par l’implication de chaque participant au développement de son savoir individuel. Les activités des communautés de pratique doivent être reliés à la mission, la vision et aux orientations du Réseau.
 
CRÉATION
 
Un membre du réseau peut établir une communauté de pratique.
 
Les membres du réseau peuvent se constituer en communauté de pratique sur des sujets communs dans le respect de la mission, de la vision et des orientations du réseau. Le comité de concertation peut également suggérer aux membres du réseau de constituer une communauté de pratique.
 
COMPOSITION
 
Parmi les membres, on pourrait compter sur un membre du Comité de concertation. D'autres membres importants seront choisis en vue de développer l’expertise des membres du groupe, d’améliorer les partenariats.
La présidence d’une communauté de pratique sera de préférence décidée par ses membres.
 
RÔLES ET RESPONSABILITÉS
 
Les  communautés de pratiquesfournissent une participation active en lien avec la mission, la vision et aux orientations du Réseau.  Elle peut aussi entreprendre des projets approuvés par le comité de concertation.
 
Ces communautés de pratique garantissent des partenariats trans‑sectoriels, intègrent les valeurs du Réseau, contribuent à l’apprentissage du système.
 
Le président fait le lien avec la coordonnatrice ou la personne attitrée du Comité de concertation
Une personne assure la coordination des activités du groupe
Une personne rédige le compte rendu.
 
GESTION
 
La communauté de pratique doit élaborer les buts de sa communauté. Les attributions des tâches seront élaborées par la communauté de pratique. Les services de soutien (secrétariat, coordination) devraient préférablement relever de la responsabilité de la communauté de pratique. Les réunions auront lieu en personne, par téléconférence et par vidéoconférence. Les communications entre les membres de la communauté de pratique pourront se faire par l'intermédiaire d'un site Web sécurisé lorsque possible et par des moyens électroniques. Si une intervention doit se faire au nom du Réseau, la demande devrait être soumise au comité de concertation.
 
CONTRIBUTION
 
Les communautés de pratique doivent se doter notamment de ressources propres. Le comité de concertation pourra soutenir le groupe de travail dans sa recherche de ressources.
 
ÉVALUATION
 
La communauté de pratique évaluera son travail régulièrement et en fera rapport au comité de concertation.
 
RÉFÉRENCES
 
Charlier, B., et Peraya, D. (Éds). (2003). Technologie et innovation en pédagogie. Dispositifs innovants de formation pour l’enseignement supérieur. Ed. De Boeck Université. Bruxelles.
 
Lave, J & Wenger E, (1991) Situated Learning: Legitimate Peripheral Participation, Cambridge: Cambridge University Press,. 
 
Organisation Mondiale de la santé (1946) Actes officiels de l'Organisation mondiale de la Santé, n°. 2, p. 100.
 
Réseau de santé des enfants et adolescents de l’est de l’OntarioTermes de référence. Ottawa
 
Southern Alberta Child & Youth Health Network. (2002) Network Literature Review: Conceptualizing and Evaluating Networks, Calgary.

 


[1] Préambule à la Constitution de l'Organisation mondiale de la Santé, tel qu'adopté par la Conférence internationale sur la Santé, New York, 19 juin -22 juillet 1946; signé le 22 juillet 1946 par les représentants de 61 Etats. (Actes officiels de l'Organisation mondiale de la Santé, n°. 2, p. 100) et entré en vigueur le 7 avril 1948. La définition n'a pas été modifiée depuis 1946.